Bienvenu à la Valli Bergamasche

La petite ville de Rovetta, qui compte quatre mille habitants, est située près de Bergame, au cœur de la vallée de Seriana. Une région caractérisée par des villages calmes et des personnages au caractère bien trempé. Comme cela se produit souvent, dans le monde de la moto tout-terrain, de véritables racines sont enfouies dans ce calme rural. La «Valli», qui revient aux championnats du monde après quatre ans, en fait partie.

Trois jours de pistes rocailleuses sont au programme pour une course exaltante dans les plus beaux endroits des Préalpes bergamasques. Ces pistes laisseront une nouvelle fois leur empreinte sur l'histoire de ce que s'appelait la Régularité jusqu'au début des années 1980. Désormais et grâce à la Fédération Internationale Motocycliste (FIM) on se réfère désormais à un nom: Enduro.

1948

Quelques années se sont écoulées depuis la première édition. Soixante et onze pour être précis.

Après la guerre, des pilotes locaux de Bergame avaient commencé à modifier leurs motos de rue afin de s’affronter sur les chemins muletier reliant les villages dispersés de la vallée de Seriana. L'enthousiasme s'est répandu de bouche à oreille jusqu'à ce que le Moto Club Bergamo, qui aura exactement cent ans cette année, ait décidé d'organiser un événement officiel. Le président du club de l'époque, Giacomo Manzoni, a baptisé la légende émergente «Valli Bergamasche».

Il apparut immédiatement que c’était quelque chose de nouveau, de totalement différent de tout ce qui existait auparavant: plus de deux cents concurrents prendront le départ, mais seulement quatre verront l’arrivée. La piste était si exigeante et complexe qu’elle nécessitait un effort inconnu de la plupart des motos et insoutenable pour la plupart des pilotes.

Ce n'était pas une balade, ce n'était pas une course. C'était tout simplement la "Valli".

Cette événement était si révolutionnaire qu’il est devenu au bout de quelques années la course principale en Italie.Plus importante que le «Scudo del Sud» ou le «Tre Mari»: les 2 grandes classiques de l’époque. Il n'y avait aucun doute que l’Enduro en Italie était situé Bergame. En 1950, elle devint même une course du championnat italien. De plus en plus de spéciales difficiles ont été ajoutées au parcours. La difficulté de ses dénivelés et des sentiers muletiers deviennent très caractéristiques. Dans une autre course ce genre d'obstacles auraient été jugés impossibles. Il ne fallut pas longtemps avant que la course commence à attirer des pilotes et des équipes de l'étranger. Dans les années 1960, la majorité des participants étaient du monde entier. Pendant de nombreuses années, ces pilotes non-italiens ont obtenu les meilleurs résultats. Grâce aux moteurs deux temps bien mieux adaptés que les moteurs quatre temps utilisés à l’époque par les Italiens.

La course a toujours eu la réputation d’offrir les pistes les plus tortueuses. Elle a forgé les plus grands conducteurs et servi de banc d’essai pour les motos. Une belle performance ici était synonyme de très bons résultats partout ailleurs 

Après 1969, lorsque la «Valli» a été intégrée au nouveau Championnats d'Europe d'Enduro promu par la FIM, des spéciales particulières ont été ajoutées. Cela a créée une tendance qui est apparue dans les compétitions étrangères. Selon la légende, la fascination aurait grandi au point que plus de trente mille personnes sont venus voir la course de 1979.

De Grands hommes, mais aussi d'excellents machines.

Des premiers pionniers qui ont modifié leurs motos de rue aux machines homologuées d'aujourd'hui, voilà le destin de la «Valli Bergamasche»

Au fil des années, les différentes entreprises ont déployé de gros efforts pour parvenir à ce niveau de technologie incroyable. Après l’ère des premières motos de route, des vieux scooters furent améliorés, leurs petites roues permettaient au pilote d’être agile même dans les étapes les plus difficiles et les plus complexes. Cela peut sembler aberrant, mais c'était la réalité.

Plus tard, des motos spécialisées furent développées et, grâce à elles le nombre de participants a augmenté. Les techniques de pilotage se sont aussi grandement améliorées. 

Certaines machines restent fermement enracinées dans l'imaginaire collectif. Des motos qui ont été créés pour la «Valli». Elles pouvaient également être utilisés sur la route tous les jours. Des morceaux de fer avec une âme, des icônes chargées d’histoire et une passion qui existe encore.Ce sont les ancêtres des motos d’Enduro de nos héros actuels. 


Pendant plus de sept heures de course,  vous ne verrez pas un seulement un pilote, mais une équipe de deux: un athlète qui résiste à tout, et une moto qui ne doit pas céder. Un test difficile pour certains et impossible pour d'autres, mais une légende pour tout le monde.

La "Valli c'est un circuit de cinquante kilomètres à répéter trois fois, avec cinq speciale différentes et trois contrôles horaires. Tout débutera ce soir à partir de 18 heures 30 à la Supertest.

Dans toutes les catégories, les équipes et les pilotes sont prêts pour le grand jour.


Brad Freeman (GBR-Beta) veut confirmer sa position numéro un en Enduro 1. Les trois italien Matteo Cavallo (Sherco), Davide Guarneri (Honda) et Thomas Oldrati (Honda) donneront tout pour réussir à se distinguer lors de leur course à domicile.

“Rocky” Salvini (ITA-Honda) de retour à la maison après une course héroïque en Grèce. Il s'est classé cinquième, avec une épaule blessée. Le pilote Honda va tenter de distancer ses concurrents en Enduro 2.

De grandes attentes également pour Giacomo Redondi (ITA-Husqvarna), victorieux en Grèce samedi. Red veut tenir sa place malgré une côte cassée, deux autres écrasées et une vertèbre tassée.

En Enduro 3, tous les regards sont tournés vers le duel opposant Steve Holcombe (GBR-Beta) à Danny McCanney (GBR-TM Racing), qui se disputent la première place du classement.

En EnduroGP, le même Holcombe devra sortir le grand jeu pour affronter son compatriote Freeman pour le sommet du classement général.

L’Enduro est une belle histoire dont il reste encore à écrire de nombreuses pages.
Les grands pilotes et passionnés d’aujourd’hui rivaliseront avec les plus grands du passé. Ils ont tous inévitablement laissé un morceau de leur cœur ici à Rovetta.

Bernard, Boano, Botturi, Cervantes, Croci, Grasso, Gallino, Fossati, Edmondson, Esquirol, Erikson, Evers, Johanson, Kytonen, Muraglia, Nilsson, Paoli, Pellegrinelli, Rinaldi, Rome, Rossi, Rubin, Sala, Rubin, Sala Wirz.

Bienvenue dans le monde de l'Enduro.
Bienvenue au GP d'Italie.
Bienvenue à la Valli Bergamasche.

parc fermé rosetta