De la poussière d’Agadir à la boue de Gouveia !

D’Agadir (Maroc) à Gouveia (Portugal), les deux premières courses n’étaient pas de tout repos pour la caravane de l’EnduroGP. D’une chaleur torride et un terrain dur et caillouteux aux pluies diluviennes et aux bourbiers, il n’y avait finalement que le détroit de Gibraltar que le Championnat du Monde aura finalement franchi ces dernières semaines…

La jeunesse au pouvoir

Avec l’annonce du départ de MEO et RENET en Rallyes et les retraites de SEISTOLA et LEOK, beaucoup étaient sceptiques sur le niveau futur du Championnat du Monde. Les doutes de certains ont été rapidement balayé d’un revers de main… Non pas par les vétérans Christophe NAMBOTIN (F – KTM), blessé dès la première spéciale à Agadir ou par un Ivan CERVANTES (E – KTM), à la peine, mais par la jeune génération ! En effet, les trois premières places de l’EnduroGP sont occupées par Matthew PHILLIPS (AUS – 23 ans), Mathias BELLINO (F – Husqvarna), 25 ans, et Steve HOLCOMBE (GB – Beta), 22 ans dans un mois ! Si l’on ajoute à cela les officiels KTM Taylor ROBERT (USA – 26 ans) - Nathan WATSON (GB – 22 ans) et le pilote Outsiders Yamaha Loïc LARRIEU (F – 25 ans), c’est un bain de jouvence qui fait du bien à l’EnduroGP et qui prouve que la discipline a déjà réussi sa mutation et a toujours de très belles heures devant elle ! A noter que la moyenne d’âge du Top 10 actuel est de 24,6 ans alors qu’en 2008, elle était de 29 ans.

Youth
Lee SEALEY (GB - Yamaha) et Erik APPELQVIST (S - Yamaha)

Le futur

A propos de jeunesse… Les pilotes de la FIM Youth Cup 125cc nous ont offert de belles bagarres tout au long de ces deux Grand Prix ! Si l’on avait eu droit une domination sans partage du duo Mikael PERSSON (S – Yamaha)Josep GARCIA (E – Husqvarna) la saison passée, cette année, cinq pilotes ont le talent pour aller chercher la couronne ! On pense tout d’abord à Jack EDMONDSON (GB – KTM) qui s’est malheureusement blessé au Portugal mais sera de retour en Grèce. Mais il y a aussi son compatriote Lee SEALEY (Yamaha), en vue dans le gras Portugais ou encore la belle surprise Suédoise Erik APPELQVIST (Yamaha) qui en à peine deux journées de course, est déjà monté sur la plus haute marche du podium à 18 ans. Il ne faut bien sûr pas oublier les Français Valérian DEBAUD (Yamaha), vainqueur le Samedi à Gouveia, et surtout Jean-Baptiste NICOLOT (Yamaha), actuel leader de la catégorie et qui n’a pour l’instant grillé aucun joker à l’inverse d’EDMONDSON, SEALEY et APPELQVIST (Rappelons que la catégorie Youth Cup est sujet à la règle du X-4 qui enlève les quatre plus mauvais résultats de chaque pilote) ! La relève est donc assurée et on remarquera que la KTM du fils de Paul EDMONDSON est bien esseulée au milieu de tout ce bleu Yamaha !

Visite Gouvernementale

Lors de la toute première journée de course au Maroc, l’EnduroGP a eu l’honneur d’accueillir Madame le Wali de la région Gharb-Chrarda-Beni Hssen (gouverneur au sein du ministère de l'Intérieur) ! Celle-ci s’est montrée très élogieuse sur la qualité du Championnat et s’est dit ravie de l’intérêt que portait le monde de la moto au Maroc. Elle a d’ailleurs confessée à Jean-Guillaume MEILLER (Directeur CEN) et Alain BLANCHARD (ABC Communication) qu’elle espérait revoir au plus vite l’EnduroGP à Agadir ! Un bel hommage pour notre discipline sur le territoire Africain.

Pari réussi

Organisateurs de l’Enduro d’Agadir depuis plus de 15 ans, le Norton Sport Club de Genève, représenté par Joël UDRY, secondé par Daniel ABBE et près de 100 personnes venues d’Helvétie, et son pendant Marocain le Club Régional Motocycliste d’Agadir présidé par Zineb HAMMOUD ont réussi leur pari : amener le Championnat du Monde FIM Maxxis d’EnduroGP pour la première fois sur le continent Africain. Et ils l’ont fait de belle manière ! Si les pilotes pensaient avoir à faire à un Grand Prix assez « facile », ils ont vite vu que le Maroc savait concocter des Enduros difficiles dans l’esprit d’un Mondial… « Les spéciales étaient vraiment difficiles, techniques et fatigantes mais ce n’était pas le pire… Le pire c’est que les liaisons étaient encore plus difficiles ! Impossible de vraiment souffler ! » Confessaient Danny MCCANNEY (GB – Husqvarna) et Taylor ROBERT le Dimanche soir. Une belle première pour le Maroc qui en appelle pourquoi pas d’autres !

Wali
Alain BLANCHARD, Jean-Guillaume MEILLER en présence de Madame le Wali

Choc Climatique

Jamais une tournée n’aura était aussi à l’opposé que celle-ci ! De la chaleur d’Agadir, les pilotes sont passés directement à la pluie et au vent du Portugal. De quoi en déboussoler plus d’un… En à peine une semaine, les stars de la discipline ont donc connu les terrains durs, sablonneux et caillouteux du Maroc puis la boue, les bourbiers et les ornières de Gouveia ! Autant de diversité en seulement deux weekends de course ne s’était jamais vu auparavant et cela a obligé tous les pilotes à puiser au plus profond d’eux même afin de terminer ces quatre jours de course.

Problèmes de douanes

Si le Grand Prix d’Agadir a été une réussite sur le plan sportif, cela fut tout de même une véritable expédition pour les teams et le promoteur. En effet, la grande majorité des camions officiels sont restés bloqués au minimum 12 heures aux douanes à Tanger. Record absolu pour un bon nombre de teams Italiens ayant passés une journée entière au port… Une véritable galère qui a été partiellement réglé au retour mais qui, on l’espère, s’améliorera dans le futur !

Husqvarna qui rit… et qui souffre

Au sortir d’un brillant Grand Prix d’AgadirHusqvarna repartait avec la plaque de leader EnduroGP grâce à Mathias BELLINO (F) ainsi qu’une belle deuxième place au provisoire de Josep GARCIA (E) en Junior, tout semblait aller pour le mieux pour Andreas HÖLZL et son équipe. Mais la suite fut différente au Portugal. Comme un signe précurseur, les fortes pluies de la nuit de Vendredi à Samedi en avait fait céder une partie de l’auvent du team blanc et bleu. S’en est suivi un weekend en dents de scie pour les pilotes Husky : Mathias BELLINO, brillant second le Samedi n’a jamais trouvé le rythme le Dimanche (9ème), Josep GARCIA, qui montait sur la troisième marche du podium le premier jour était contraint d’abandonner le Dimanche sur problème mécanique. Pascal RAUCHENECKER (AUT), malgré ses premiers points marqués en EnduroGP le Dimanche (14ème) fut aussi contraint d’abandonner le Samedi. C’est finalement Danny MCCANNEY (GB) qui s’en est le mieux sorti. Malgré une 13ème place seulement en EnduroGP, le Champion du Monde Junior 2014 marque de précieux points en Enduro 1 (6/4) en attendant d’être complètement remis de sa récente opération des limages du genou.

Rauchenecker
Pascal RAUCHENECKER en plein changement de pneu

ROBERT entre dans l’histoire

En remportant la victoire en E2 dimanche soir à Gouveia, Taylor ROBERT est rentré dans l’histoire de la discipline en devenant le tout premier Américain à remporter un Grand Prix d’Enduro. Par le passé, le regretté Kurt CASELLI s’en était approché avec plusieurs podiums en République Tchèque (Most – 2005) ou encore en Grèce et en Roumaine (2013) sans jamais y parvenir. ROBERT, qui nous avait confié en début de saison, « vouloir suivre les traces de Kurt », parvient à cet objectif dès son deuxième Grand Prix. Un exploit qui en appelle d’autre pour le natif de Scottsdale en Arizona !

Surprises

Ce début de saison a aussi permis à des habitués du Championnat de se révéler où à des jeunes en proie aux doutes les saisons passées, de créer la surprise. En effet, qui aurait dit en début de saison qu’Antoine BASSET (F – KTM), « rejeté » par les teams officiels, pointerait en 7ème position de l’EnduroGP et serait sur le podium de l’Enduro 3 durant les quatre jours de course (2ème au provisoire) ? Mais grâce à une structure familiale (son frère à la mécanique) et toute sa volonté, l’Ardéchois a renversé des montagnes au Maroc et au Portugal. Même son de cloche pour Gianluca MARTINI (I – Kawasaki), qui après une saison moribonde au sein du team Yamaha Miglio en 2015, a parfaitement rebondit avec le team Kawasaki Lunigiana en ce début de saison. Bilan : 14ème de l’EnduroGP et 4ème en Enduro 1 avec en prime un beau podium le Dimanche à Agadir ! Certains teams officiels doivent déjà se demander comment ont-ils pu laisser passer deux pilotes aussi talentueux…

Basset
Antoine BASSET (F - KTM)

Catégorie Nationale : Un succès !

Sous forme d’essai à Réquista, la catégorie Nationale a été officiellement introduite pour la saison 2016. Les organisateurs peuvent donc ajouter cette catégorie à la crème de l’EnduroGP s’ils le souhaitent. Lors de ces deux premiers Grand Prix, cette catégorie a rencontré un franc succès avec pas moins de 40 pilotes engagés à Agadir et 78 au Portugal. Un bon moyen d’aider les motos clubs organisateurs, d’attirer encore plus de pilotes et de faire d’un Grand Prix d’Enduro une grande fête du sport moto !

ROBERT et WATSON tiennent la barre

Après avoir vu partir MEO en Rallye et PHILLIPS retourner chez AZZALIN, KTM Factory était confiant avec NAMBOTIN, CERVANTES et les petits nouveaux ROBERT et WATSON. Si les deux derniers cités semblaient être des projets pour l’avenir, c’est finalement eux qui brillent en ce début de saison. NAMBOTIN blessé, CERVANTES en proie à des problèmes familiaux, les deux « rookies » ont su sortir de leurs boîtes au grand plaisir de Fabio FARIOLI. Résultat des courses : quatre podiums en E1 pour WATSON et une belle 3ème place en EnduroGP à Gouveia (8ème au provisoire) et un podium ainsi qu’une victoire en E2 pour l’Américain qui pointe aussi à la 6ème place de l’EnduroGP, à seulement 2 points de la cinquième place... 
 

Robert
Taylor ROBERT (USA - KTM)