Une course légendaire et ses héros…

La grande aventure Finlandaise qu’est la Päijänne s’est terminée en apothéose cette après midi aux portes d’Helsinki à l’issue d’une deuxième journée de course plus courte (Sept heures et 20 minutes) mais aussi un peu moins éprouvante car moins « polaire » ! En effet les températures sont enfin devenues positives à l’approche d’Helsinki alors que la neige se faisait moins abondante au fil  des douze spéciales chronométrées de cette deuxième journée du Grand Prix de Finlande.

La Paijanne reste néanmoins une course de spécialistes et à ce jeu les pilotes locaux sont pour l’instant « imbattables » malgré les énormes progrès affichés par les habitués du Championnat du monde d’Enduro Maxxis FIM qui aujourd’hui ont vraiment inquiété les meilleurs Finlandais.

Remes
Eero REMES (SF - TM)

Eero REMES a fait vibrer son nombreux public…

Finlandais mais double Champion du Monde d’Enduro, Eero REMES (TM) a été le grand animateur de cette « descente » vers la capitale et hormis son compatriote Eemil POHJOLA (Gas Gas), revanchard après sa casse mécanique de la veille alors qu’il occupait la tête, nul ne put contenir le talent du « lutin bleu ». REMES remporte brillamment la catégorie EnduroGP (scratch) alors qu’Aleksi JUKOLA (KTM) assure la troisième place et inscrit son nom au palmarès de la Paijanne 2018 au cumul des deux journées.

Eero REMES fait néanmoins la plus belle opération du jour avec une nouvelle victoire en E2. Pour ses débuts dans cette catégories des moyennes cylindrées, le protégé de Luca CHERUBINI, a fait le plein de points sur ses terres enneigées et pris un bel avantage sur ses plus sérieux rivaux. Mais il devra compter sur un Alex SALVINI (Husqvarna Zanardo) très affuté et déterminé et qui a encore haussé le rythme dans cette finale pour scorer une splendide deuxième place. SALVINI s’annonce assurément comme l’un des grands favoris pour le titre 2018 et son retour au sein du Team Jolly Zanardo semble très bénéfique. Matthew PHILLIPS (AUS - Sherco) nous devait une revanche…Et son sourire de soulagement aujourd’hui contrastait avec sa mine dépitée de la veille où il avouait avoir beaucoup souffert. L’officiel Sherco arrache son premier podium de l’année avec talent et détermination. Aussi mal parti que Samedi, Loïc LARRIEU (F - Yamaha) s’est réveillé au fur et à mesure de la descente vers le Sud (sic) et limite la « casse » en finissant 4eme devant un très solide Thomas OLDRATI (I – Red Moto) et un consistant Deny PHILIPPAERTS (I - Beta Boano) à nouveau à l’honneur avec une belle 6e place obtenue devant le courageux Christophe CHARLIER (F - Beta).

Podium
Podium Päijänne

La revanche de POHJOLA…

Chamboulement complet par contre en E1 où Jamie MCCANNEY (GB - Yamaha) 5eme, n’a pu renouveler sa remontée de la veille… Il prend néanmoins les commandes de cette catégorie des petites cylindrées sur sa 250 Yamaha WR et ce pour un petit point seulement face à l’étonnant britannique Brad FREEMAN (Beta Boano). Celui ci épate tout autant pour sa bonne humeur que pour sa pointe de vitesse alors qu’il n’était que Junior l’an passé. Troisième aujourd’hui, le champion du monde Juniors 2017 ne pourra cependant pas endiguer la furia des deux Finlandais Eemil POHJOLA et Henry OLENIUS qui réalisent le doublé. Une belle consolation pour ces deux pilotes après leurs déboires du samedi et une belle victoire pour le pilote Gas Gas Eemil POHJOLA que l’on retrouvera avec plaisir, au sein du team officiel managé par Giovanni SALA sur l’intégralité de la saison.

Même s’il fut moins impressionnant que lors de la première journée, Aleksi JUKOLA (SF - KTM) a de nouveau brillé devant son public et remporte la catégorie E3 devant le très rapide Tony ERIKSSON (SF - KTM). Mais Steve HOLCOMBE (GB - Beta) s’est encore montré très à l’aise dans ces conditions de course (6eme en EnduroGP) et grimpe sur son premier podium de l’année. Il marque ainsi des points précieux pour la suite de la saison et son pilotage fluide et coulé aura fait merveille sur le « glacier » scandinave. Il prouve ainsi qu’il reste bien l’homme à battre que ce soit en Enduro3 ou en  Enduro GP, une fois que seront digérés les frimas Finlandais.  Belle fin de course également en E3 pour l’officiel Gas Gas Danny MCCANNEY (GB) qui coiffe sur le fil le toujours aussi solide Marko TARKKALA (SF - TM) que l’on a revu avec plaisir, et ce pour la 5eme place alors que Christophe NAMBOTIN (F - Gas Gas) limite la perte de points en terminant 7eme dans cette catégorie des grosses cylindrées.

Pohjola
Eemil POHJOLA (SF - Gas Gas)

La « Päitsi » et ses 1000 bénévoles…

Harassés, transis… les stars de l’Enduro Mondial vont maintenant pouvoir « panser leurs plaies » et récupérer de cette éreintante 83eme Päijänne. Ils auront donc 6 semaines de répit avant de se diriger vers l’Espagne où aura lieu le deuxième Grand Prix de la saison (Santiago de Compostelle les 28 et 29 Avril). L’occasion pour ceux-ci de peaufiner les réglages de leurs motos tout en peaufinant leur préparation athlétique.

Il n’en reste pas moins que cette ouverture du Championnat 2018 ici en Finlande avec la mythique « Päitsi » restera dans les annales par son extrême difficulté. Une compétition quasi unique qui est probablement l’organisation tout terrain la plus importante et impressionnante en Europe et qui a mobilisé par exemple plus de 1 000 bénévoles dont 60 chronométreurs et 50 secouristes. Et c’est par un hommage appuyé à tous ces bénévoles et à l’Helsinki Motor Klub dirigé de main de maitre par Mauri PENTTINEN et Kenneth LAAAKSONEN que nous tournerons la page de cette ouverture Enduristique de la saison 2018 ! Kiitos…

Ils ont dit :

Eero REMES : « Je suis très satisfait de ce Grand Prix. C’est une course très spéciale et mon but était de profiter de mon avantage et arriver en Espagne avec une avance intéressante… Mission accomplie ! Leader de l’E2 et deuxième de l’EnduroGP, j’en espérais pas autant et c’est de bon augure pour la suite ! »

Steve HOLCOMBE : « Je suis venu ici après une préparation très sérieuse et spécifique… Donc assez satisfait de mon résultat ! Mais il me tarde tout de même le Grand Prix d’Espagne et d’être de retour dans des spéciales qui me sont plus favorables… »

Matthew PHILLIPS : « J’ai connu l’une des journées les plus dures de ma carrière hier… J’ai attrapé froid le matin et ça m’a pompé toute mon énergie. Aujourd’hui, je suis plutôt content même si je n’avais pas les meilleurs réglages pour une telle course mais au fur et à mesure, on a retrouvé un type de terrain où je me sens plus à l’aise. Il me tarde déjà l’Espagne ! »

Jamie MCCANNEY : « J’ai beaucoup donné hier et du coup, j’ai plus ressenti la fatigue aujourd’hui… Couplé avec des réglages pas forcément en accord avec cette course, j’ai eu des difficultés. »
 

Salvini
Alex SALVINI (I - Husqvarna)